SAINTE EULALIE, PROTECTRICE DE BARCELONE

Sainte Eulalie
Sainte Eulalie

Si Barcelone est souvent vue comme une ville féminine, c’est sûrement grâce à ses deux saintes qui se partagent sa protection. Eh oui! Barcelone est une ville qui se veut sans étiquettes 😉 Sans être rattachée à une religion particulière, elle laisse cependant un rôle important à ses saintes dans sa culture populaire. Sainte Eulalie et la Mercè font partie intégrante de son histoire mais aussi de sa culture populaire. Plus que des figures religieuses, elles représentent pour les Barcelonais des valeurs dont ils s’inspirent et sont fiers.

Cet article parle plus spécialement de Sainte Eulalie qui aura sa fête le 12 février prochain à Barcelone. Cette dernière a une histoire attachante et on oublie facilement son existence face sa grande rivale la Mercè qui a plus de protagonistes grâce à des festivités beaucoup plus importantes le 24 septembre. En effet, la semaine de la Mercé, Barcelone est sens dessus dessous avec un nombre inimaginable d’évènements, de défilés, de courses enflammées (les correfocs) organisés dans toute la ville.


La légende raconte que Sainte Eulalie est une jeune fille qui a vécu entre le III ième et le IV ième siècle. Elle était une jeune chrétienne très fervente. Sa vie fut hélas très courte car elle mourut à l’âge de 13 ans. On dit que quand le gouverneur romain Daciano arriva à Barcelone pour lutter contre la montée du christianisme, on obligea tous les habitants, que ce soit adultes ou enfants à assister à une série de condamnations chrétiennes sur la place publique. Eulalie – qui en grec ancien veut dire “bien parler” – en voyant ses compagnons mourir, parla fermement au gouverneur en affirmant sa foi. Ce sont ses paroles qui la condamnèrent…

Sainte Eulalie sur sa croix
Sainte Eulalie sur sa croix

L’histoire raconte qu’elle fut condamnée à 13 tortures différentes (chiffre qui correspond à son âge au moment de sa mort). L’une de ces tortues fut d’être enfermée dans une prison avec des puces. D’ailleurs si le 12 février vous trouvez qu’à Barcelone les puces sont plus grosses que d’habitude c’est, on dit, en souvenir de cet épisode de torture. Vous pouvez situer la prison où elle aurait été enfermée en retrouvant la rue “calle del Arco de Santa Eulalia”, à côté du marché de la Boqueria. Cette souffrance physique ne fit pas vaciller sa foi en Dieu. Et on continua donc, entre autres, en lui coupant les seins ou encore en la jetant en haut d’une rue dans un baril remplit de bouts de verre. Cette rue porte d’ailleurs encore son nom. Si vous vous promenez dans le vieux centre de Barcelone, cherchez : “la Bajada de Santa Eulalia”.

bajada-de-santa-eulalia
La rue « Bajada de Santa Eulalia »

Elle devint donc ainsi la sainte patronne de ceux qui construisaient les barils à l’époque. Elle est aussi la patronne des tailleurs de pierre, des femmes au foyer, des maitres d’ouvrage et des lingères.

Après avoir vécu toutes ces souffrances, elle fut crucifiée et brûlée sur la place publique. On dit qu’au moment d’être brulée, les flammes attaquèrent les soldats qui se trouvaient autour d’elle et que son âme sortit de sa bouche sous forme de colombe et s’envola vers le ciel.

Comme pour Saint George, on peut retrouver dans tout Barcelone des images ou des symboles en souvenir de Sainte Eulalie. Notamment la cathédrale de Barcelone qui abrite ses reliques et qui porte son nom ainsi que les fameuses 13 oies qui vivent dans le cloître de la Cathédrale en souvenir de son âge et du nombre de ses tortures.

Les oies du cloitre de la cathédrale
Les oies du cloitre de la cathédrale

Il y a plein d’histoires et de légendes autour de Sainte Eulalie (elle mériterait une visite à elle seule), en voici une dernière:

En général à Barcelone, il pleut le jour de la Mercé (le 24 septembre). Cette pluie fine, serait composée des larmes de Sainte Eulalie pleurant face à tant de fêtes pour sa rivale. Mais cela est peut-être en train de changer! Le jour de la Mercè est depuis plusieurs années un jour férié à Barcelone et le moment de grandes festivités dans toute la ville. Toutefois l’année dernière, il a été décidé que le jour de la copatronne, Sainte Eulalie, serait également fériée (le 12 février).

Sainte Eulalie serait-elle en train de retrouver la place qu’elle mérite aux yeux des barcelonais? 😉

 

Article rédigé par Olivia

Sources: http://www.paseodegracia.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s